Bienvenues à toutes les sentinelles potentielles!

Vous trouverez ci-après des réponses à certaines questions fréquentes.

Pour de plus amples renseignements sur les démarches à suivre pour devenir un médecin sentinelle, veuillez communiquer avec le réseau de votre région.

Qu’est-ce que le RCSSSP?

  • RCSSSP signifie Réseau canadien de surveillance sentinelle en soins primaires.
  • Le RCSSSP est un réseau de réseaux. Il est constitué d’un bureau central et de dix réseaux de recherche en soins primaires répartis dans huit provinces.
  • Le RCSSSP est une initiative de recherche en soins primaires — c’est le premier système pancanadien de surveillance de multiples maladies.
  • Les renseignements sur la santé que nous recueillons proviennent directement des dossiers médicaux électroniques (DMÉ) des prestataires de soins primaires participants (appelés sentinelles).
  • Notre objectif est d’améliorer la qualité des soins aux Canadiens et Canadiennes qui souffrent de cinq maladies chroniques (hypertension, arthrite, diabète, maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et dépression) et trois troubles neurologiques (maladie d’Alzheimer et démences connexes, épilepsie et maladie de Parkinson).
  • Le RCSSSP permet de recueillir, de façon sécuritaire, des renseignements vitaux à partir de dossiers de santé des Canadiens et Canadiennes et de produire des rapports afin d’améliorer la prise en charge des maladies chroniques et des troubles neurologiques.

Quels sont les avantages pour les patients et les Canadiens et Canadiennes de l’implication des médecins en tant que sentinelles?

  • Le RCSSSP appuie l’accès amélioré aux données et la rétroaction en temps opportun aux prestataires de soins primaires concernant leurs patients; c’est une façon de créer une communauté de praticiens qui partagent entre eux, sur une base régulière, l’information se rapportant à leurs pratiques.
  • La surveillance nationale est un avantage pour ceux qui font partie du RCSSSP. Les données offrent un portrait provincial plus complet de l’état des patients d’un médecin sentinelle comparativement aux patients d’autres cliniques dans d’autres juridictions.

Combien de mes collègues avez-vous recruté jusqu’à maintenant?

  • Nous prévoyons atteindre l’objectif que nous nous sommes fixé, soit de recruter entre 600 et 1000 sentinelles d’ici mars 2015.
  • En date de mars 2013, le RCSSSP comptait 415 sentinelles dans huit provinces, ce qui représente quelque 494 000 patients.

Pourquoi devrais-je participer au RCSSSP?

  • Les rapports du RCSSSP aident les professionnels de la santé travaillant en soins primaires à mieux comprendre les maladies chroniques et à améliorer les soins qu’ils offrent aux Canadiens et Canadiennes, qui en sont atteints. Nos rapports aideront également les planificateurs des services de santé à déterminer où ces maladies sont présentes – ou absentes – dans la population, et pourquoi.
  • Notre but est de connaître et comprendre les maladies chroniques afin de pouvoir les prévenir et mieux traiter les patients qui en souffrent.
  • Les patients se disent que lorsqu’ils participent au processus avec leur médecin, ils aident à tirer du sens des DMÉ au niveau de la clinique, provincial et national.

Quels sont les avantages pour moi en tant que prestataire de soins de santé primaires?

  • Le RCSSSP appuie l’accès amélioré aux données et la rétroaction en temps opportun aux prestataires de soins primaires concernant leurs patients; c’est une façon de créer une communauté de praticiens qui partagent entre eux, sur une base régulière, l’information se rapportant à leurs pratiques.
  • La surveillance nationale est un avantage pour ceux qui font partie du RCSSSP. Les données offrent un portrait provincial plus complet de l’état des patients d’un médecin sentinelle comparativement aux patients d’autres cliniques dans d’autres juridictions.
  • Les sentinelles reçoivent des rapports périodiques et ont accès aux résultats des recherches effectuées par les autres sentinelles.
  • Une utilisation accrue des données du RCSSSP peut fournir une rétroaction à court et à long terme sur la pratique des prestataires de soins primaires.
  • Se joindre au RCSSSP offre également un autre avantage aux professionnels de la santé qui travaillent en soins primaires : ils peuvent obtenir des crédits en contrepartie des heures de développement professionnel continu accordées par leur association professionnelle nationale et le Collège des médecins de famille du Canada.

Pour les sentinelles, quelle est l’incidence du RCSSSP sur les activités courantes de leurs bureaux?

  • L’un de nos quatre principes fondamentaux est que la participation au RCSSSP exige le moins de temps possible des médecins sentinelles; ceci correspond à ce que ces derniers nous disent de leur expérience.
  • Certaines sentinelles veulent s’impliquer davantage dans le processus de recherche. Permettre aux médecins de mieux comprendre les données sauvegardées dans leur DMÉ peut favoriser l’apprentissage ce qui, à long terme, se traduirait par des avantages pour les patients et les professionnels de la santé.

Localement, que fait le RCSSSP pour répondre aux besoins des médecins sentinelles participants?

  • Les réseaux de recherche basée sur la pratique qui composent le RCSSSP tiennent régulièrement des tables rondes pour examiner les résultats des rapports comparatifs de rétroaction sur les données des DMÉ.
  • Notre personnel peut également aider les médecins sentinelles à analyser leurs données afin de mieux comprendre leurs patients individuellement ou en groupe dans un environnement non menaçant. Cela peut également leur valoir des crédits de formation continue de leur association professionnelle nationale et du Collège des médecins de famille du Canada, par l’intermédiaire du programme de FMC/DPC Mainpro-C.

Puis-je garantir à mes patients que leurs renseignements personnels seront protégés?

  • Le RCSSSP est conçu de manière à garantir la sécurité des données des patients et des professionnels de la santé qui travaillent en soins primaires.
  • Tous les renseignements sur les patients sont anonymisés, ce qui veut dire que les identificateurs directs (nom, renseignements sur la santé ou numéro de carte santé provinciale) sont éliminés du DMÉ avant même que les données sur la santé soient extraites par le RCSSSP. Elles sont ensuite anonymisées et codées de telle manière que le risque de réidentifer le patient à partir des données nettoyées va de faible à très faible.
  • Le gestionnaire régional des données et le gestionnaire de l’Information et de la Technologie au RCSSSP appliqueront ensuite un logiciel d’anonymisation ou d’autres mesures aux données de santé avant de les transmettre aux chercheurs autorisés et aux partenaires de recherche. La communication de ces données favorisera l’apprentissage, fournira une rétroaction en vue de l’amélioration de la qualité des soins primaires et favorisera la recherche en vue d’améliorer les soins de santé dispensés à la population canadienne.