News

RCSSSP — Un rôle plus important

Le Conseil canadien de la santé a fermé ses portes le 31 mars de cette année. Je me demande si cette fermeture du Conseil aura une incidence sur la réforme des soins de santé.

Le Conseil était une agence nationale, publique et indépendante de production de rapports, créée en 2003 afin de surveiller les engagements en matière de politiques et de programmes liés à l’Accord des premiers ministres sur le renouvellement des soins de santé. Il recueillait et distribuait de l’information sur les innovations en matière de soins de santé dans l’ensemble du pays — les pratiques, les politiques et les programmes et services qui améliorent les résultats en matière de santé et la façon dont les soins sont prodigués. J’ai utilisé ses rapports et son Portail de l’innovation en santé pour certains de mes travaux personnels au fil des ans. Je crois qu’il est juste de dire que certains aspects de son travail soutiennent la direction stratégique du RCSSSP.

Par exemple, en novembre 2012, un des analystes des politiques principaux du Conseil a écrit : « Les initiatives gouvernementales font la promotion de changements comme une plus grande utilisation des dossiers médicaux électroniques (DMÉ), les soins offerts par des équipes interprofessionnelles, et les innovations dans la gestion de la pratique afin d’aider les médecins en soins primaires à voir davantage de patients et de façon plus efficace. »

Le RCSSSP travaille avec les médecins sentinelles et les autres intervenants de partout au pays afin d’aider à mettre en œuvre ces changements. Notre outil de rétroaction des sentinelles est conçu pour fournir les renseignements dont les praticiens ont besoin afin de mieux influencer la santé de leur population de patients.

Un communiqué de presse en date de janvier 2013 publié sur le site Web du Conseil annonce que l’utilisation des technologies de l’information entraîne une meilleure communication avec les patients et des soins plus sécuritaires, de meilleure qualité et mieux coordonnés. J’étais un peu soulagée de voir une déclaration centrée davantage sur le patient, une appréciation de l’expérience du patient.

J’ai ensuite remarqué des données familières; « 57 % [des Canadiens] ont au moins une affection chronique et 31 % en ont au moins deux ». Les affections comprises dans cette étude comprenaient l’arthrite, l’asthme, d’autres maladies respiratoires, le cancer, les troubles de santé mentale comme la dépression ou l’anxiété, le diabète, la maladie cardiaque, l’hypertension et  l’hypercholestérolémie. » (Sondage international 2013 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé auprès des médecins de soins primaires publié dans le bulletin 8 de janvier 2014 du Conseil canadien de la santé.) Le RCSSSP a développé et vérifié de façon rigoureuse les définitions de cas pour huit maladies chroniques pour les activités de surveillance et de recherche en soins primaires et en santé publique.

Même s’il y a beaucoup de travail à faire en matière de prévention, de prise en charge et d’intervention en ce qui concerne les maladies chroniques, je crois que ceci s’avère beaucoup plus important que l’apprentissage sur la prévalence des maladies chroniques. L’objectif est d’améliorer la santé globale des personnes et des collectivités grâce aux meilleures pratiques fondées sur des données probantes. Comment réaliser cet objectif de la meilleure façon possible à l’aide des données des DMÉ?

Mes réflexions m’ont menée à la Conférence des sous-ministres de la Santé sur la vision de l’utilisation des données secondaires sur la santé; « … pour les besoins du système de santé qui, d’une part, protégera la vie privée et la confidentialité des patients et de l’autre, servira les intérêts des Canadiens et du système de santé canadien au cours des années à venir. » (Une meilleure information pour une meilleure santé : vision de l’utilisation des données pour les besoins du système de santé au Canada, juin 2013)

J’ai été touchée par tout ceci. Je vois facilement le rôle du RCSSSP. Nous sommes des innovateurs dans la saisie et l’utilisation des données électroniques sur la santé. Nous avons créé un système de surveillance, une plateforme de technologie de l’information, à l’aide de nouvelles sources de données sur la santé. Nous avons un système primé de protection et de confidentialité des données. En tant que réseau national de surveillance sentinelle et de collaborateurs et coordonnateurs de recherche, le RCSSSP est en position pour réaliser de grandes choses. Je suis convaincue que notre travail peut influencer les soins primaires et la santé publique en aval à l’échelle des praticiens et des meilleures pratiques, et en amont à l’échelle des politiques et des programmes avec le développement de la recherche et des connaissances. Nous créons des renseignements à partir des données sur les soins primaires. Nous sommes le pont entre la recherche et les politiques en santé et la pratique des soins primaire. Nous faisons partie du système pour le changement. Le RCSSSP fait partie de la solution.

Octobre 2014

Richard Birwhistle 280x280

Dr. Richard Birtwhistle

Comment créer un changement stratégique dans les soins de santé?

Nous tentons d’améliorer notre système de santé depuis ce qui semble être une éternité. Nous savons qu’il y a des problèmes : accès, temps d’attente et hausse des cas de maladies causées par le vieillissement de la population, entre autres. Nous savons également qu’au Canada, les soins de santé grugent plus de 40 % des budgets provinciaux, et que ce nombre est en hausse. Notre système coûte cher et n’offre pas un bon rendement.

Récemment, j’ai assisté à la deuxième d’une série de trois conférences organisées par le Centre Monieson de la School of Business de l’Université Queen’s. Les conférenciers provenaient de divers domaines et pays, notamment la Suède, le Danemark, l’Allemagne et l’Australie. La conférence mettait l’accent sur la « création de changements stratégiques dans les soins de santé ». Les organisateurs ont posé trois questions :

  1. Quelle forme une stratégie en matière de soins de santé au Canada pourrait-elle prendre?
  2. Comment les provinces et territoires pourraient-ils collaborer pour mettre au point un modèle stratégique unique au Canada, basé sur quatre éléments clés : les ressources humaines en santé, les soins intégrés, les dossiers de santé électroniques et l’assurance médicament?
  3. Quel serait un processus viable pour le changement?

J’ai pris part à un panel de discussion sur les dossiers de santé électroniques . Nous avons vite constaté qu’il n’est pas évident de tenter de mettre au point une politique cohérente pouvant être appliquée par tous les secteurs des soins de santé. Les questions de politique et la concurrence constituent des obstacles fréquents. Nous avons entendu à répétition que nous ne pouvons pas attendre que les politiciens règlent ces importantes questions en matière de soins de santé pour nous. Le système doit s’appuyer sur une évolution ascendante d’idées réalisables qui permettront d’améliorer les soins de santé au Canada.

Le Réseau canadien de surveillance sentinelle en soins primaires (RCSSSP) est l’une de ces idées. Afin de favoriser le changement dans les soins primaires, les médecins doivent se percevoir différemment. Nous ne pouvons plus être des « agents libres » lorsqu’il s’agit de prestations de soins ni rejeter nos responsabilités envers la population que nous desservons. Le RCSSSP donne aux professionnels des soins de santé primaire le pouvoir de l’information au sujet de la population où se situe leur pratique et de leurs pairs, ainsi que l’occasion de songer à leur rôle dans l’amélioration des soins de santé dans leur collectivité.

Modifier le système de soins de santé est une tâche colossale dans son ensemble, mais si chacun de nous trouve une façon d’apporter des améliorations dans son contexte ou dans sa collectivité, nous pourrons voir des résultats encourageants.

Prevalence and Epidemiology of Diabetes in Canadian Primary Care Practices: A Report from the Canadian Primary Care Sentinel Surveillance Network

charting

Published online today; this study describes care patterns for 25,000 people with diabetes.   http://www.canadianjournalofdiabetes.com/article/S1499-2671%2814%2900097-5/abstract      Vancouver style reference to this “in press” citation  for your reference:

Greiver M, Williamson T, Barber D, Birtwhistle R, Aliarzadeh B, Khan S, Morkem R, Halas G, Harris S, Katz A.  Prevalence and Epidemiology of Diabetes in Canadian Primary Care Practices: A Report from the Canadian Primary Care Sentinel Surveillance Network.  Canadian Journal of Diabetes 16 May 2014 (in-press 10.1016/j.jcjd.2014.02.030)

Blogue – Améliorer les soins primaires un octet à la fois

bytesOn m’a demandé récemment de faire une courte présentation sur le RCSSSP. Ce n’est pas une demande  inhabituelle : nombre d’entre nous au RCSSSP font des conférences, présentent des affiches, dirigent  des ateliers techniques et même des webinaires.

Alors, en quoi cette demande est-elle unique?

Ma présentation doit durer 12 minutes et mon auditoire est le grand public. Autrement dit, aucune  recherche ou jargon technique et médical, et aucun acronyme. Toutefois, vous pouvez vous assurer  que je ferai une exception en faisant référence au Réseau Sentinelle. Dire « Réseau canadien de  surveillance sentinelle en soins primaires » prend cinq secondes, tandis que ça ne prend qu’une  seconde pour dire « Réseau Sentinelle »!

 

Je dois simplifier un sujet complexe en utilisant le moins de mots possible. Saisir des années de travail et d’efforts en une période si courte est déjà un bon défi, et je dois par-dessus tout capter leur attention et la garder.

Dans mes recherches afin de trouver une façon de faire ma présentation, je suis retourné aux racines du Réseau Sentinelle, à ses tout débuts.

Il y a huit ans, un groupe de 30 personnes, la plupart étant des chercheurs en médecine familiale, s’est réuni au cours d’un atelier à Kingston. L’objectif : mettre au point le concept de la création d’un réseau national de réseaux de recherche axée sur la pratique en soins primaires. Ensemble, nous voulions mutuellement appuyer notre travail et celui d’autres chercheurs en soins primaires et en santé publique.

Ce réseau national aurait la capacité de répondre aux besoins en matière d’information sur la prestation des soins primaires dans l’ensemble du Canada. Il serait en position pour venir en aide aux professionnels de la santé.

Nous avons créé la coordination des groupes de recherche en soins primaires afin de répondre aux questions qui nécessitent des échantillons importants ou des évaluations de variations régionales. Nous avons imaginé un système de données pour appuyer ce besoin, un système de surveillance des maladies et d’amélioration des pratiques de soins de santé.

Nous croyons en la possibilité d’influencer la prévention et la prise en charge des maladies chroniques pour les populations de l’ensemble du pays. Nous voulions influencer l’optimisation des soins primaires dans l’ensemble du spectre de prestation de services. Nous voulions apporter un vent de changement pour la santé globale des Canadiens.

Une petite équipe parmi notre groupe a travaillé pour trouver du financement pour notre initiative. En 2008, nous avons reçu une subvention pour réaliser une étude de faisabilité de deux ans afin de tester nos idées et notre vision. Nous sommes alors devenus le Réseau Sentinelle. Le succès de l’étude de faisabilité a mené à un projet de cinq ans d’une valeur de plusieurs millions de dollars qui a soutenu la création d’une infrastructure primée. Quatre ans plus tard, nous avons défini et établi notre créneau, notre valeur et nos capacités. Ce faisant, nous attirons l’attention sur la scène internationale!

Aujourd’hui, ce réseau est un réseau national de chercheurs en soins primaires et en santé publique, de professionnels de la santé, et de personnel qualifié qui collaborent afin de faire changer les pratiques et les politiques en matière de soins de santé grâce à la surveillance et à la recherche. Le Réseau sentinelle a innové grâce à la création d’un système de surveillance qui utilise une nouvelle source de données. Nous générons des connaissances afin d’améliorer les soins de santé aux patients à l’échelle de la pratique et pour les décideurs à l’échelle du système.

En un mot, nous utilisons les technologies de l’information et une architecture de protection des renseignements personnels pour extraire, transformer et traduire les données sur la santé des patients tirées des dossiers médicaux électroniques des professionnels de la santé qui sont parsemés à l’échelle du pays. Ces professionnels de la santé forment le réseau de surveillance sentinelle le plus apprécié du Réseau Sentinelle.

Le RCSSSP est extrêmement prudent avec les données. Nous protégeons les renseignements confidentiels que les patients fournissent à leur médecin dans un contexte de soins. Ces renseignements sont anonymisés et conservés dans un endroit central et sécurisé. Ils sont ensuite analysés pour extraire l’information sur les maladies chroniques, leur prévention et leur prise en charge. Les données sont également utilisées afin de créer des rapports qui sont envoyés aux médecins sentinelles participants. Ces rapports de rétroaction servent d’outil d’amélioration de la pratique.

Je peux affirmer que nous avons construit une base solide. Notre vision est devenue réalité. Nous avons réalisé beaucoup de choses, mais nous n’avons qu’effleuré la surface de nos possibilités.

May  2014

Discussions au sujet de l’outil de présentation des données du RCSSSP au colloque de Montréal sur la e-santé, les 3-4 oct. 2013

Vous trouverez ci-après une vidéo sur l’outil de présentation des données (OPD). L’OPD est un logiciel qui peut être lié au DMÉ afin de produire des rapports de rétroaction sentinelle pour divers réseaux du RCSSSP au Canada.

Les conférenciers : Gilles Brousseau (MD, MCMF), membre du Groupe de médecine familiale (GMF) de Saint-Alexandre, QC et directeur régional des études médicales en Outaouais; et Michelle Greiver (MD, MSc, CCMF, FCMF), professeure adjointe à la faculté de médecine à l’Université de Toronto et membre de l’équipe de santé familiale de North York. Elle est également directrice représentante de UTOPIAN (University of Toronto Practice Based Research Network) au Réseau canadien de surveillance sentinelle en soins primaires.

La vidéo a été tournée au cours du colloque sur « La communication au cœur de la e-santé : opportunités et enjeux pour les patients, les professionnels de la santé et les organisations » organisé à Montréal les 3 et 4 octobre 2013. Cette vidéo est une réalisation de l’équipe Web du Réseau de recherche en santé des populations du Québec. https://www.youtube.com/watch?v=9MeMHFo2uGk

Vous pouvez visionner d’autres vidéos de ce colloque en cliquant sur le lien suivant: http://www.youtube.com/playlist?list=PLvEJNnX_FGJ3J1tJ7F8WcNyRKUBgl3Q-x

Information sur les soins de santé primaires RAPPORT D’ÉT APE 2013 DU RCSSSP

Ce rapport est principalement destiné aux intervenants et aux partenaires du RCSSSP afin de partager nos accomplissements en matière de gouvernance, de TI, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique, de même que sur la surveillance et la recherche. Le contenu comprend quelques faits saillants sur chacune des huit (8) affections chroniques* pour lesquelles le RCSSSP a validé des données, en plus de l’obésité.

*MPOC
*Dépression
*Diabète
*Hypertension
*Arthrose
*Alzheimer, y compris la démence
*Épilepsie
*Parkinsonisme

Chacune de ces huit affections aura sa propre publication élargie qui sera diffusée dans une revue de recherche médicale canadienne au cours de 2014-2015. Les avis concernant celles-ci et d’autres publications/présentations/affiches seront publiés sur le nouveau site Web du RCSSSP au http://rcsssp.ca Nous vous aviserons également de chacune de ces publications par l’entremise du service ALERTE RCSSSP.
Information sur les soins de santé primaires RAPPORT D’ÉT APE 2013 DU RCSSSP

Le président du RCSSSP du CMFC reçoit un prix d’excellence en recherche de l’université Queen’s, le 20 novembre 2013

Dr Richard Birtwhistle, président du Comité du RCSSSP du CMFC a reçu un prix d’excellence en recherche de l’université Queen’s.

Ce prix reconnaît l’excellence en recherche érudite, en mentorat et en leadership dans le domaine de la recherche. La candidature du Dr Birtwhistle a été soumise par le département de médecine de famille, le Centre for Studies in Primary Care (CSPC) et ses collègues au Réseau canadien de surveillance sentinelle en soins primaires (RCSSSP), particulièrement pour le développement de ce réseau.

Le prix a été présenté lors de la cérémonie de collation des grades d’automne, qui s’est tenue au Grant Hall le mercredi 20 novembre à 14 h 30. Pour de plus amples renseignements, consultez le site Web du RCSSSP .

Formation of disease registries in a large Family Health Team (FHT): a CPCSSN demonstration project

Dr. Michelle Greiver provided a summary of the successful implementation of a Health Service Use (HSU) EMR feedback tool to Canada Health Infoway Regional Staff Meeting in Toronto – Tuesday Dec. 10, 2013. This project was supported by Canada Health Infoway’s HSU funding for enhanced testing in Ontario of a sentinel feedback tool developed primarily by CPCSSN data managers Dave Jackson and Bryan Forst based in Alberta.

Registries benefit from standardized data to indicate the presence of conditions. Standardized coding for chronic diseases may not be present in Electronic Medical Records (EMRs). This can impede quality improvement efforts that rely on registries for denominators. We implemented team-based methods to standardize chronic disease coding in primary care EMRs.

Outcomes from this successful demonstration project include:
1. Return of cleaned data and DPT implementation is feasible in primary care
2. Data quality can be improved at the practice level
3. Free text in EMRs can be mapped to standardized SNOMED CT terms demonstrated in the large NYFHT which is part of the UTOPIAN practice based research network
4. Patients can be safely re-identified within the circle of care for tracking and follow-up
5. Scalable processes can be implemented to enable the active use of data for QI projects

click here to have a look at the full presentation by Dr. Greiver to the CHInfoway regional meeting.

Le personnel du RCSSSP participe à un événement médiatique Rogers, le 26 octobre 2013

Un article publié dans le CANADIAN HEALTHCARE MANAGER fait le point sur une discussion en table ronde d’une journée, intitulée Electronic medical records: Are we ready for data analytics?
Docteure Michelle Greiver, médecin de famille membre de l’équipe Santé familiale de North York et directrice du réseau UTOPIANetwork (RCSSSP), et Ken Martin, responsable de l’information et des technologies, RCSSSP, ont fait partie d’un panel de huit experts en TI, qui connaissent bien l’évolution des DMÉ en soins primaires d’un bout à l’autre du pays.
À l’heure actuelle, le RCSSSP extrait des données de plus de 80 sites au Canada — représentant plus de 600 médecins et un demi-million de patients — et crée des rapports trimestriels sur les maladies chroniques et l’épidémiologie, ainsi que des rapports de rétroaction (comparatifs), qui portent sur les caractéristiques des populations de patients et les indicateurs de performance de la pratique. Ces rapports sont remis aux prestataires de soins de santé participants, explique Ken Martin, responsable de l’information et des technologies, pour le Réseau. « Il transforme des données de piètre qualité tirées des DMÉ en information utilisable et exploitable ». Ceci permet de fonder des décisions à l’égard des soins sur de véritables données, précise Docteure Greiver, qui participe à l’initiative. Selon elle, des programmes comme celui-ci sont extrêmement importants tant pour les médecins que pour l’ensemble du système de santé. Offrir des soins fondés sur de véritables données est un outil puissant. Cependant, le défi actuel consiste à passer à l’échelle suivante d’un bout à l’autre du pays : « Nous sommes tous d’accord sur un objectif commun : offrir de meilleurs soins, dit-elle. Mais comment assurer que nous sommes tous sur la même longueur d’onde? Comment pouvons-nous nous appuyer mutuellement pour atteindre cet objectif? »
Cette table ronde a été organisée par Rogers Healthcare Group, et bénéficie du parrainage de l’association médicale de l’Ontario et d’OntarioMD. Cliquez ici pour vous inscrire et consulter le CANADIAN HEALTHCARE MANAGER

Abonnez-vous à nouvelles et mises à jour

© CPCSSN 2016. All Rights Reserved.
Designed & Developed by OAK Computing
Retour en haut

Transmettez vos remarques

      Envoi...
x