bytesOn m’a demandé récemment de faire une courte présentation sur le RCSSSP. Ce n’est pas une demande  inhabituelle : nombre d’entre nous au RCSSSP font des conférences, présentent des affiches, dirigent  des ateliers techniques et même des webinaires.

Alors, en quoi cette demande est-elle unique?

Ma présentation doit durer 12 minutes et mon auditoire est le grand public. Autrement dit, aucune  recherche ou jargon technique et médical, et aucun acronyme. Toutefois, vous pouvez vous assurer  que je ferai une exception en faisant référence au Réseau Sentinelle. Dire « Réseau canadien de  surveillance sentinelle en soins primaires » prend cinq secondes, tandis que ça ne prend qu’une  seconde pour dire « Réseau Sentinelle »!

 

Je dois simplifier un sujet complexe en utilisant le moins de mots possible. Saisir des années de travail et d’efforts en une période si courte est déjà un bon défi, et je dois par-dessus tout capter leur attention et la garder.

Dans mes recherches afin de trouver une façon de faire ma présentation, je suis retourné aux racines du Réseau Sentinelle, à ses tout débuts.

Il y a huit ans, un groupe de 30 personnes, la plupart étant des chercheurs en médecine familiale, s’est réuni au cours d’un atelier à Kingston. L’objectif : mettre au point le concept de la création d’un réseau national de réseaux de recherche axée sur la pratique en soins primaires. Ensemble, nous voulions mutuellement appuyer notre travail et celui d’autres chercheurs en soins primaires et en santé publique.

Ce réseau national aurait la capacité de répondre aux besoins en matière d’information sur la prestation des soins primaires dans l’ensemble du Canada. Il serait en position pour venir en aide aux professionnels de la santé.

Nous avons créé la coordination des groupes de recherche en soins primaires afin de répondre aux questions qui nécessitent des échantillons importants ou des évaluations de variations régionales. Nous avons imaginé un système de données pour appuyer ce besoin, un système de surveillance des maladies et d’amélioration des pratiques de soins de santé.

Nous croyons en la possibilité d’influencer la prévention et la prise en charge des maladies chroniques pour les populations de l’ensemble du pays. Nous voulions influencer l’optimisation des soins primaires dans l’ensemble du spectre de prestation de services. Nous voulions apporter un vent de changement pour la santé globale des Canadiens.

Une petite équipe parmi notre groupe a travaillé pour trouver du financement pour notre initiative. En 2008, nous avons reçu une subvention pour réaliser une étude de faisabilité de deux ans afin de tester nos idées et notre vision. Nous sommes alors devenus le Réseau Sentinelle. Le succès de l’étude de faisabilité a mené à un projet de cinq ans d’une valeur de plusieurs millions de dollars qui a soutenu la création d’une infrastructure primée. Quatre ans plus tard, nous avons défini et établi notre créneau, notre valeur et nos capacités. Ce faisant, nous attirons l’attention sur la scène internationale!

Aujourd’hui, ce réseau est un réseau national de chercheurs en soins primaires et en santé publique, de professionnels de la santé, et de personnel qualifié qui collaborent afin de faire changer les pratiques et les politiques en matière de soins de santé grâce à la surveillance et à la recherche. Le Réseau sentinelle a innové grâce à la création d’un système de surveillance qui utilise une nouvelle source de données. Nous générons des connaissances afin d’améliorer les soins de santé aux patients à l’échelle de la pratique et pour les décideurs à l’échelle du système.

En un mot, nous utilisons les technologies de l’information et une architecture de protection des renseignements personnels pour extraire, transformer et traduire les données sur la santé des patients tirées des dossiers médicaux électroniques des professionnels de la santé qui sont parsemés à l’échelle du pays. Ces professionnels de la santé forment le réseau de surveillance sentinelle le plus apprécié du Réseau Sentinelle.

Le RCSSSP est extrêmement prudent avec les données. Nous protégeons les renseignements confidentiels que les patients fournissent à leur médecin dans un contexte de soins. Ces renseignements sont anonymisés et conservés dans un endroit central et sécurisé. Ils sont ensuite analysés pour extraire l’information sur les maladies chroniques, leur prévention et leur prise en charge. Les données sont également utilisées afin de créer des rapports qui sont envoyés aux médecins sentinelles participants. Ces rapports de rétroaction servent d’outil d’amélioration de la pratique.

Je peux affirmer que nous avons construit une base solide. Notre vision est devenue réalité. Nous avons réalisé beaucoup de choses, mais nous n’avons qu’effleuré la surface de nos possibilités.

May  2014

Print Friendly